IFYAR

Iddris Sandu, le génie qui pense avec certitude que le développement du continent passera également par la technologie.

Le virtuose technologique derrière les algorithmes qui ont fait d’Uber, Instagram et Snapchat ce qu’ils sont maintenant. L’ingénieur en informatique se considère également comme un « architecte culturel » qui vise à « uniformiser les règles du jeu » entre la Silicon Valley et les jeunes communautés de couleur.
La plupart des génies de la technologie commencent jeunes et le prodige ghanéen Iddris Sandu ne fait pas exception. Iddris a commencé à apprendre la programmation par lui-même dans une bibliothèque publique à l’âge de 10 ans. A l’âge de 15 ans, Sandu a créé une application pour son école qui donnait aux élèves, tour à tour, des instructions pour naviguer dans leurs salles de classe.
Il n’est pas allé à l’université, disant à CNN que « je ne pouvais pas me le permettre, étant une minorité », a-t-il dit, et qu’il ne voulait pas « attendre quatre ans ; je voulais faire un impact maintenant ».

Sandu a quand même écrit un algorithme qu’il a vendu à Instagram qui filtrait les sites ou les activités clés selon l’emplacement de l’utilisateur pour identifier les intérêts possibles, mais le programme a depuis été révisé. À l’âge de 18 ans, il était consultant pour Snapchat avant de passer à Uber, où il a créé un logiciel (Autonomous Collision Detection Interface) pour ses voitures auto-pilotantes.

« Nous utilisons un capteur pour mesurer la position de votre colonne vertébrale dans une voiture « , a-t-il expliqué à CNN. « Et on utilise aussi un appareil pour mesurer la position de vos mains, pour savoir où elles étaient dans une voiture. »

Malgré un grand succès auprès d’entreprises de technologie géantes, Sandu était motivé à créer du changement au sein de sa communauté.

« L’information est l’une des plus hautes formes de classe. Et c’est ce qui maintient les gens divisés. Vous devriez être capable de penser à un niveau plus élevé, au lieu d’être strictement des consommateurs. Et les personnes de couleur en particulier sont plus susceptibles d’être des consommateurs que des créateurs. Il est vraiment difficile de sortir de la pauvreté ou de changer la structure du pouvoir économique si l’on veut toujours être un consommateur plutôt qu’un créateur. C’est ce que j’ai essayé de faire en changeant ce récit. Et jusqu’à présent, ça a marché, ça a réussi. » A-t-il dit à Face2Face.

« Il y a une division dans le monde de la technologie, et être une personne de couleur dans un domaine dominant qui ne vous ressemble pas est difficile, mais absolument nécessaire pour affecter directement la culture et l’autonomiser « , a-t-il dit à Face2Face.

Sandu a l’intention d’accueillir des ateliers d’étudiants dans certaines villes les plus peuplées d’Afrique.

« Les prochains leaders technologiques viendront d’Afrique. Pourquoi ? Parce qu’ils sont exposés à des problèmes auxquels ils ont les solutions « , a-t-il déclaré à CNN.

Il veut apprendre aux enfants africains à construire des plates-formes qu’ils possèdent aussi. « Ce qui se passe en ce moment, c’est que nous sommes tous sur Instagram, nous sommes tous sur Facebook, Snapchat, tous ces géants de la technologie, et nous les laissons contrôler le récit de la façon dont nos histoires peuvent être racontées, » dit Sandu.

« Si nous voulons vraiment raconter nos histoires de la manière dont elles doivent être racontées, nous devons nous concentrer sur les plateformes que nous créons pour pouvoir raconter nos meilleurs récits « , a-t-il ajouté.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

huit − 1 =