IFYAR

Diagnostiquer le paludisme sans couler une goutte de sang c’est maintenant possible grâce à ce jeune.

Il s’appelle , Brian Gitta, ingénieur ougandais ayant remporté un prix d’excellence pour le développement d’un dispositif capable de détecter le paludisme sans faire couler la moindre goutte de sang.
En effet, Brian Gitta, âgé de 26 ans, d’origine ougandaise est l’inventeur du test de dépistage pour le paludisme, qui s’effectue sans aucune prise de sang.
Le nom du traitement, Matibabu qui signifie << traitement>> en swahili, est une application mobile, développé par Brian et son équipe
Quand une personne est infectée, le parasite du paludisme s’accapare une vacuole des globules rouges et la remodèle à sa convenance. En fixant Matibabu sur le doigt d’un patient et en utilisant la lumière et le magnétisme, un faisceau de lumière rouge balaye alors le doigt afin de déceler des changements de couleur, de forme ainsi que la concentration des globules rouges dans le sang. Le dispositif peu coûteux et réutilisable, ne nécessite en plus aucune formation particulière puisque aucune prise de sang n’est requise.
Le paludisme coûte à lui seul à l’Afrique 1,3% de son PIB, la plupart des enfants de moins de 5 ans qui meurent chaque jour à cause de cette maladie infectieuse, se trouvent en Afrique subsaharienne.

Selon le dernier Rapport sur le paludisme dans le monde, publié en novembre 2018, il y a eu 219 millions de cas de paludisme en 2017, contre 217 millions en 2016. L’on estime à 435 000 le nombre de décès dus à la maladie en 2017, un chiffre similaire à celui de l’année précédente.

La Région OMS de l’Afrique supporte une part disproportionnée de la charge mondiale du paludisme. En 2016, 90% des cas de paludisme et 91% des décès dus à cette maladie sont survenus dans cette région. 80% de la charge de morbidité due au paludisme pesaient sur une quinzaine de pays – tous situés en Afrique subsaharienne, sauf l’Inde.

En 2017, près de la moitié des cas dans le monde ont été enregistrés dans cinq pays : le Nigéria (25%), la République démocratique du Congo (11%), le Mozambique (5%), l’Inde (4%) et l’Ouganda (4%).

Ainsi l’ingénieuse invention de Brian joue sa partition dans la lutte contre la maladie.
.
.

Agissons pour le développement de l’Afrique,
Faisons avancer la recherche.
Rejoignez la grande foire internationale pour les jeunes chercheurs africains.

Let’s do it together!

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

quinze − neuf =